Peut-on se fier aux produits Bio des grandes marques ?

Peut-on se fier aux produits Bio des grandes marques ?

Posté dans Santé le avec 8 Réponses

Les produits bios sont des aliments dont la culture se fait sans produits chimiques de synthèse. Particulièrement recommandés pour l’organisme, ils sont source de nombreux bienfaits aussi bien pour notre organisme que pour la planète.

Avant réservés à une certaine tranche de la population, à pouvoir d’achat élevé, et disponible uniquement dans des magasins spécialisés, ils sont aujourd’hui vendus en grande surface à des prix plus bas que la moyenne. Voyant la manne en terme de chiffre d’affaires, les marques des distributeurs se sont rapidement lancées dans le marché du bio, au détriment des petits producteurs.

Cependant, ces prix cassés ainsi que la multiplication des labels bio sur les produits des grandes marques amènent à s’interroger sur la qualité des aliments proposés. Peu de consommateurs le savent, mais simplement apposer le mot « bio » n’est pas suffisant pour garantir la qualité du produit, surtout que certains pictogrammes utilisés par la grande distribution n’ont rien d’officiel.

De plus, quand bien même ils le seraient, tous les labels  n’ont pas la même valeur !

Pour vous aider à y voir plus clair au moment de vos achats, Plus Mince Plus Jeune a mené l’enquête sur les labels et les produits bio des hypermarchés.

 

Le label officiel AB

Les produits de l’agriculture biologique doivent répondre à des conditions et à des cahiers de charges spécifiques. À cet effet, il existe de nombreuses garanties pour en attester. Le label AB demeure de ce fait la première de ces garanties !

En France, il est le label officiel en matière de bio. Existant depuis 1985, il concerne tous les produits alimentaires : pâtes, fruits et légumes, plats cuisinés… Les contrôles du label AB sont systématiques et indépendants. C’est le gouvernement qui exerce leur contrôle chaque année et peut décider s’il continuera d’apparaître sur la liste des 6 organismes certificateurs officiels (Ecocert, Agrocert, Aclave, Qualité France…). À noter que chaque label subit le même traitement.

Lesdits contrôles se font généralement sur rendez-vous annuel, mais les experts du gouvernement se réservent le droit d’organiser des visites inopinées.

Aujourd'hui je passe au Bio. Et vous ?

Mais que garantit ce label exactement ? L’apposition du label AB sur un produit certifie qu’au moins 95% des ingrédients de ce produit sont des ingrédients bios. Cela signifie également que les animaux concernés par ce label ont été nourris avec 90% d’alimentation bio et traités dans le respect du bien-être animal.

Par ailleurs, le label AB  privilégie des techniques de production particulières : il  interdit notamment d’utiliser des produits chimiques de synthèse, limite très fortement les OGM (Organisme Génétiquement Modifiés) à 0.9% du produit. Cependant, en cas de réelle nécessité pour les cultures, les insecticides peuvent par exemple être tolérés, mais en quantité très limitée.

Le label AB est donc un label solide auquel il est possible de se fier lorsqu’on veut se mettre à la consommation bio.

En Polynésie française, C’est le label Bio Pasifika qui est de rigueur. Il est garanti par le SPG Bio Fetia. Le Pays a également créé un label Bio pas encore très répandu.

 

Les autres labels bio

Aux côtés du label officiel AB, il existe d’autres types de labels dont les garanties sont privées. En effet, si le label AB porte sur le mode de production, il néglige néanmoins d’autres étapes telles que le conditionnement, le transport ou l’équilibre nutritionnel des produits. D’ailleurs, à cet effet, le label AB a fait l’objet en 2009 d’un passage à la réglementation européenne ce qui a contribué à lui faire perdre de sa valeur.

Pour parer à ses insuffisances et garantir totalement la chaîne de production, différents organismes privés tels que Bio Cohérance, Bio équitable, Nature et progrès, bio Solidaire, l’Ange Bleu ou Demeter ont vu le jour.

Aujourd'hui je passe au Bio. Et vous ?

Le label Bio Cohérence, par exemple, est un label français estampillé AB, qui intègre des critères additifs comme le refus de mixité des produits bio et non bio. Quant à Bio équitable, également français, il cherche à allier l’écologie et le social. Prônant le commerce équitable, cet organisme s’appuie sur 7 points, dont une politique de « prix minimum garanti contractuel », afin d’assurer une juste rémunération aux producteurs. Bio équitable certifie aussi bien les produits alimentaires que ceux du textile, de la cosmétique ou du coton hydrophile.

Chacun des labels existants répond ainsi à des caractéristiques précises. Ainsi, pour réellement consommer responsable, il convient de connaître parfaitement ces labels pour être certain de faire un choix qui correspond à 100% à ses principes de vie.

 

L’apparition du bio dans les grandes surfaces

Après avoir fait le point sur les différents labels bios existants, voyons comment les grandes surfaces ont pris leurs parts de marché dans cette industrie hautement surveillée.

Lorsque vous faites vos courses dans un supermarché, vous pouvez maintenant constater qu’à côté des marques nationales, de nombreuses marques de distributeurs (MDD) ont également développé leurs propres produits bios. À l’instar de tous les MDD, ces produits bios sont cultivés, transformés et commercialisés par les grandes surfaces elles-mêmes.

En fait, le concept des marques de distributeurs existe depuis près de 40 ans. En 1976 déjà, Carrefour lançait la donne avec ses « produits libres ». Ces derniers venaient ainsi emboîter le pas aux magasins Casino qui avaient déjà initié les MDD en créant leurs propres chocolats et en en déposant la marque en 1904.

Aujourd'hui je passe au Bio. Et vous ?

Ainsi, Casino, Carrefour, Intermarché, Leclerc, Auchan ou encore Leader Price ont tous développé leur propre marque, pour le bonheur des consommateurs qui ont vu les prix se réduire. Avec l’engouement justifié pour le bio, plusieurs de ces MDD n’ont pas hésité une seule seconde à s’y mettre également.

Des gammes comme Carrefour Agir Bio (2005), Monoprix Bio (1994), Auchan Bio (2006) ou encore Bio village de Leclerc (1999) se sont rapidement développées. Vous en trouverez également de nombreux autres comme Bio U de Super U, Casino Bio (AB), Cora Nature Bio (AB)…

Mais qu’en est-il vraiment de leurs qualités ?

 

Les qualités et les dérives des produits bios des MDD

Dans la mesure où les grandes surfaces permettent d’avoir des produits bios aux prix quasiment similaires aux produits conventionnels, l’engouement pour le bio des MDD est une réalité. Les Grandes et Moyennes Surfaces (GMS) détiennent ainsi 45% des ventes de produits bio. Et, pour que chacun soit rassuré par rapport à la qualité des produits, il apparaît que 40% de ces produits font l’objet de sous-traitance auprès de marques nationales. La qualité ne serait donc pas délaissée par les MDD.

Mieux encore, les produits bios des grandes marques sont également soumis à des contrôles : ces produits doivent eux aussi répondre au label officiel AB. Ils sont donc effectivement bios même s’ils peuvent contenir jusqu’à 0,9% d’OGM et 4,99% d’ingrédients non biologiques.

Cependant, il faut noter que les grandes surfaces viennent supprimer les circuits courts ce qui porte  atteinte à la rémunération des producteurs. De plus, la course effrénée aux petits prix amène les grandes marques à importer 50% des produits bios qu’ils commercialisent… Il s’ensuit différents risques au niveau du transport, du suremballage ou encore, de l’émission de GES. L’équilibre entre l’alimentation, la planète et l’écologie n’est donc plus forcément respecté, ce qui est pourtant au cœur des principes de la consommation bio !

Certains des produits bios importés proviennent de plus, de pays hors UE. Or, dans ces pays, la réglementation est différente et bien souvent moins exigeante concernant les produits de synthèse et les OGM. La vigilance s’impose donc si vous choisissez de consommer des marques MDD. Lisez bien les étiquettes avant de le mettre dans votre caddie.

 

Garder l’esprit bio

Les MDD développent en outre des plats cuisinés, ainsi que des produits bios surgelés dont il n’est pas facile de vérifier la démarche écologique. Par conséquent, quelques interrogations se soulèvent, car ce qui importe à propos du bio c’est qu’il conserve son âme. En effet, bien plus que du simple faire-valoir, les produits bios sont des produits dont l’essence est d’allier le respect de l’environnement à une meilleure consommation, ainsi qu’à la valeur du travail du producteur. Avec leurs coups de pubs et leurs atouts marketing, la grande consommation a tendance à ignorer ce principe.

Aujourd'hui je passe au Bio. Et vous ?

Les consommateurs ne sont d’ailleurs pas totalement dupes. Une étude de l’Institut Nielsen révèle en effet que les parts de marché des MDD se sont stabilisées entre 2010 et 2013. Cependant, attirés par les promotions et les bas prix, les consommateurs ne sont pas pour autant prêts à abandonner le bio des MDD. Une autre étude de l’Institut Nielsen révèle ainsi qu’en 2014, 76% de gens appréciaient le rapport qualité-prix des grandes marques.

D’un autre côté, les grandes surfaces obtiennent elles aussi des labels auxquels il convient de faire attention. En effet, certains comme le Label « Saveur de l’année »  ne tiennent pas compte d’un cahier des charges. De même, d’autres  labels comme le label  « Max Havelaar » n’ont pas pour vocation de s’attacher à la qualité du produit.

Par la même occasion, essayez également d’éviter le packaging en prenant garde aux mentions telles que « poulet paysan » ou «  élevé en plein air » qui sont apposées sur certains produits ; ces mentions ne veulent tout simplement rien dire.

 

Il faut garder à l’esprit que consommer bio n’est pas uniquement une histoire de qualité du produit, mais comprend un ensemble de principes. Il s’agit bien évidemment d’avoir une alimentation plus saine pour notre santé, grâce à des ingrédients naturels, n’ayant pas fait l’objet d’extrêmes modifications, mais aussi de récompenser tous les acteurs de la chaîne de production. Grâce à une agriculture plus respectueuse de la planète, ce sont les enfants qui bénéficient d’un avenir meilleur. Quant aux circuits courts, ils aident l’agriculteur à vivre de son métier et l’encouragent à continuer. Ces deux derniers points comptent moins pour les grandes surfaces, qui surfent sur le bio à des fins mercantiles, plutôt que sociales. Pour être certain de mieux consommer et de payer le juste prix, il est recommandé de faire ses achats bio sur le marché ou dans des magasins spécialisés, plutôt qu’en hypermarché.

 

SVP partagez cet article sur vos réseaux sociaux. Belle journée 😉

Abonnez-vous et recevez nos actus avant tout le monde


Vos coordonnées restent confidentielles
Temps de lecture: 9 minutes

8 Commentaires pour “Peut-on se fier aux produits Bio des grandes marques ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *