Le mouvement Slow Food

Le mouvement Slow Food

Posté dans Santé le avec Aucun commentaire

Slow Food est un mouvement fondé par Carlo Petrini dans les années 1980. À cette époque, les gens commençaient à vivre à un rythme accéléré. Ils ne prenaient plus le temps de savourer les bonnes choses, et surtout les bons repas. Ce dernier n’était donc pas un amateur des fast-foods et surtout pas des plats fabriqués industriellement. C’est d’ailleurs une des principales raisons qui l’ont poussé à créer le mouvement éco-gastronomique. McDonald’s, la célèbre chaîne de restauration rapide américaine voulait ouvrir une succursale à Rome. Ayant séduit bon nombre d’adeptes, le mouvement Slow Food est devenu international.

L’historique du mouvement Slow Food

L’implantation d’un restaurant McDonald’s sur la place d’Espagne est insupportable pour Carlo Petrini. Ce chroniqueur gastronomique est de ceux qui prennent le temps de manger en compagnie de ses proches. Les repas servis dans ce genre de restaurant ont la réputation d’être de mauvaise qualité et de nuire à la santé. Travaillant pour la société italienne Arcigola, Carlo Petrini et ses collègues vont mettre en place le mouvement éco-gastronomique. Se servant de leur intelligence et de leur humour, ils séduisent les intellectuels et les artistes italiens pour qu’ils se joignent à eux.

Le slow food est un mouvement éco-gastronomique qui vise à la promotion de la gastronomie et des aliments de bonne qualité

Carlo Petrini, fondateur du slow food

Le projet Slow Food intéresse les gens, car l’Italie est considérée comme le berceau de la gastronomie européenne. Au départ, le concept s’adresse principalement aux gastronomes italiens. Toutefois, le slow food va vite prendre de l’ampleur. En 1989, il devient un mouvement international à but non lucratif. L’organisation est présente dans une cinquantaine de pays avec plus de 82 000 membres, dont 35 000 sont répertoriés en Italie.

Les objectifs du mouvement Slow Food

En fondant le mouvement éco-gastronomique, Carlo Petrini avait un but précis : éveiller l’intérêt du public à consommer des aliments de qualité. Vous serez étonné d’apprendre que les produits proposés dans les supermarchés ne sont pas aussi variés quand vous regardez de près. Ils sont fabriqués avec les mêmes bases et sont diversifiés à l’aide de composants chimiques et de colorants artificiels.

Le mouvement Slow Food organise et finance donc des activités visant à sauvegarder le patrimoine varié de l’agroalimentaire. Dans la même foulée, les membres visent à conserver les traditions culinaires dans le monde entier. Luttant contre l’uniformisation imposée par le secteur industriel, le slow food répertorie et protège les nombreuses plantes alimentaires ainsi que les animaux d’élevage. Cette initiative porte le nom d’Arche du goût, évoquant invariablement l’Arche de Noé.

Le slow food est un mouvement éco-gastronomique qui vise à promouvoir la cuisine des terroirs et les aliments de bonne qualité

Le Slow Food prône la biodiversité

Vous pourrez même recevoir un des prix Slow Food grâce aux efforts que vous fournissez pour la sauvegarde de la biodiversité. Ces prix ne sont pas uniquement destinés aux agriculteurs ni aux éleveurs. Beaucoup de secteurs d’activité sont concernés (recherche, communication, mise en vente, etc.), car il est primordial de faire connaître les objectifs du mouvement Slow Food à un maximum de gens dans le monde entier.

Les actions menées par le mouvement Slow Food

Régulièrement, les membres du mouvement éco-gastronomique font partie d’un convivium. C’est un mot italien signifiant « vivre ensemble » et qui est à l’origine du mot convivialité. En tout, un millier de convivium est répertorié. Chacun d’entre eux organise leurs propres activités pour sensibiliser et informer les consommateurs. Vous ne manquerez donc pas de déguster des plats que vous n’avez pas l’habitude de manger. Vous prendrez aussi plaisir aux visites de ferme où vous découvrez une vie à laquelle vous n’êtes pas habituée.

L’Université des Sciences de la gastronomie a ouvert ses portes en janvier 2003 à Bra. Vous y participerez à des ateliers de formations axés sur différentes sciences liées à la gastronomie : agronomie, sociologie, écologie, anthropologie, politique, éco-agronomie ou encore écologie. Vous êtes aussi invité à des évènements publics comme la foire internationale du goût. C’est un rendez-vous à ne pas manquer tous les deux ans.

Des membres du Slow Food vous y apprendront les bons aliments pour votre santé et les bonnes cuisines qui émerveilleront vos palais.

Envie d’adhérer au mouvement ? 

SVP partagez cet article sur vos réseaux sociaux. Belle journée 😉  

Abonnez-vous et recevez nos actus avant tout le monde


Vos coordonnées restent confidentielles
Temps de lecture: 4 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *