Stévia : un édulcorant sans danger pour la santé ?

Stévia : un édulcorant sans danger pour la santé ?

Posté dans Articles, Santé le avec Aucun commentaire

La consommation de sucre ne cesse d’augmenter en France, au détriment parfois de la santé qui subit les abus de cette poudre nocive, apparentée à une drogue par la dépendance qu’elle provoque. Au cours du siècle dernier, la consommation en France a explosé : de 1 kilo par an et par personne, nous sommes passés aujourd’hui à 35 kilos annuels. La faute uniquement aux consommateurs ? Non, bien entendu. L’industrie agroalimentaire est la plus grande responsable de ce phénomène à cause de la fabrication de produits de plus en plus sucrés comme les sodas, les biscuits, les pâtes à tartiner, les bonbons, les chocolats… (voir le livre de Maeva Shelton « Ma santé avant tout)

Sucre ou édulcorant ?

Le sucre, ennemi de votre santé et vos régimes alimentaires

Malheureusement, cet excès de sucre tend à appauvrir nos défenses immunitaires en provoquant des carences en antioxydants, rendant ainsi notre organisme plus sensible aux bactéries. Par ailleurs, il perturbe la flore intestinale et peut entraîner des soucis de constipation, de ballonnements et d’aigreurs.

Face à ce constat, il devenait essentiel de trouver une solution pour limiter au maximum ces effets néfastes, sans pour autant se priver d’un café ou d’un thé agréablement sucré. C’est à ce moment précis que la Stévia fait son entrée dans la gamme des sucres naturels. Mais est-ce vraiment meilleur pour la santé ?

Une plante venue d’Amérique du Sud

Issue de la famille des Asteraceae, cette plante pousse naturellement en Amérique du Sud, sur les massifs montagneux. Les indiens du continent l’utilisent depuis des siècles pour adoucir leurs infusions grâce à ses propriétés édulcorantes.

edulcorant

Stevia rebaudiana bertoni : un édulcorant miracle ?

Ce n’est qu’au début du XXe siècle qu’un botaniste suisse, le docteur Bertoni, se décide à ramener des plantes de Stévia pour en étudier les propriétés. Par la suite, plusieurs études s’enchaînent afin d’isoler ce goût particulièrement sucré dû au stévioside et au stéviol, composés chimiques contenus dans la Stévia Rebaudinana responsable du doux arôme. Deux chimistes français y parviennent, propulsant alors la plante comme substitut naturel au sucre blanc.

La Stévia, meilleure que les édulcorants chimiques

Vers 1950, le marché des édulcorants connaît un essor grâce aux découvertes du cyclamate, de l’aspartame et de l’acésulfame. Mais déjà à l’époque, certaines études tendent à démontrer le potentiel danger sanitaire à l’utilisation de ces produits de synthèse, et le Japon préfère en interdire l’utilisation. La Stévia prend alors son envol grâce à son extraction 100% naturelle et sans danger.

Danger du stevia

La Stévia, une alternative au sucre et aux édulcorants chimiques

Par contre, la France n’a autorisé son utilisation que récemment, en 2009, après avis favorable de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments. La plante est depuis utilisée comme additif alimentaire dans les sodas, yaourts ou confiseries. Il est également possible d’acheter la Stévia seule, conditionnée en feuilles séchées ou en poudre soluble dans l’eau pour sucrer soi-même ses boissons ou ses gâteaux.

Stévia, danger ou bienfait ? Difficile de trancher



Plusieurs études essayent de démontrer les bienfaits de la Stévia pour la santé, notamment sur l’hypertension, mais pour l’instant, aucune d’elles n’a donné de résultats concluants. En 2003, une étude a effectivement démontré que la plante agissait favorablement sur la pression sanguine, mais vu qu’elle n’a été réalisée que sur une population chinoise, les résultats restent à interpréter avec précautions.

A l’inverse, les analyses sur ses méfaits demeurent un peu plus probantes. En 2006, un groupe de scientifiques européens mènent des expériences sur rats mâles, en leur administrant des faibles doses de stévioside pendant 22 mois. A la fin de l’expérience, les rats présentaient des symptômes d’infertilité : une production diminuée de spermatozoïdes, un déclin des vésicules séminales et une prolifération accrue de cellules dans les testicules. Une étude semblable sur des hamsters femelles, nourries de stéviol, met en évidence ces mêmes problèmes.

De plus, des études menées par le Center for Science in the Public Interest (groupe de défense des consommateurs américains, qui se concentre sur l’éducation nutritionnelle) ont conclu que la consommation de trop grandes quantités de Stévia peut interférer avec l’absorption des glucides et perturber la conversion des aliments en énergie dans les cellules.

stevia canderel

La stévia, un partenaire dans le cadre d’un régime protéiné naturel

Cependant, cet édulcorant ne contient aucune calorie, il demeure donc un allié incontournable dans le cadre d’un régime, pour continuer à se faire plaisir. S’il est consommé de temps en temps ou sur une durée limitée, ses vertus prennent le pas sur ses risques. Le tout est d’éviter d’en abuser, le mieux étant d’apprendre à apprécier son café ou son thé sans sucre et d’éviter de grignoter entre les repas des gâteaux au goût sucré.

S’il est difficile de se positionner de façon franche et concrète sur la Stévia, il est recommandé de la consommer avec modération. En cas de cure d’amincissement, elle s’avère utile et peut remplacer le sucre blanc – de toute façon nocif pour la santé – pour éviter de « craquer » et continuer de se faire plaisir. En cas de problème de santé particulier ou si vous êtes enceinte, il reste conseillé de demander l’avis de votre médecin sur la consommation de stéviol.

Attention : Pour votre santé et votre bien-être, il est conseillé de toujours prendre l’avis de votre médecin ou d’un professionnel de la santé avant de modifier votre régime alimentaire.

Personnellement je trouve que la stévia, au-delà d’un important pouvoir sucrant, possède une saveur très agréable sans cet arrière-goût chimique comme avec l’aspartame. Je l’ai adopté depuis 2 mois et j’en suis très satisfait. Je l’utilise 1 fois sur 5 pour sucrer mon café, en alternance avec du miel, ou du sirop d’agave. Prochain test, l’agave en poudre.

Vous souhaitez réagir à cet article ? N’hésitez pas à commenter en quelques mots.

Soyez « social friendly » ! SVP Partagez cet article sur Facebook et Twitter

Merci et belle journée 😉 

Abonnez-vous et recevez nos actus avant tout le monde


Vos coordonnées restent confidentielles
Temps de lecture: 6 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *