Prévenir la DMLA par l’alimentation, c’est possible !

Prévenir la DMLA par l’alimentation, c’est possible !

Posté dans Articles, Santé le avec Aucun commentaire

La dégénérescence maculaire liée à l’âge, également abrégée DMLA, est une maladie dégénérative de la rétine qui entraîne une baisse importante de la vue centrale. Cette pathologie, qui se développe après 50 ans, touche environ 1.3 millions de personnes en France. Chaque année, elle est responsable de près de 3 000 nouveaux cas de cécité. Ce trouble de la vision est une des premières causes de malvoyance et doit faire l’objet d’un dépistage régulier passé un certain âge. Quels sont les symptômes de la DMLA ? Pourquoi se développe-t-elle ? Peut-on la prévenir ? Je vous livre les réponses à ces questions dans cet article dédié au traitement de la DMLA.

La DMLA sèche et la DMLA humide

La dégénérescence maculaire liée à l’âge touche la zone centrale de la rétine, provoquant une perte progressive de la vision. Cette maladie survient à partir de 50 ans et entraine une gêne constante qui empêche le patient de lire, conduire ou regarder la télévision. Le problème de vue se situe essentiellement au centre de l’œil, la vue périphérique reste parfaitement intacte.

dégénérescence maculaire liée à l'âge

L’action de cette maladie dégénérative sur l’oeil

Cette maladie dégénérative peut prendre 2 formes :

– La DMLA sèche ou atrophique est la forme la plus fréquente de la maladie. Elle induit une baisse lente mais sévère de l’acuité visuelle, à cause de la disparition progressive des cellules à la surface de la rétine.

– La DMLA humide ou exsudative, plus rare, elle cause une gêne de la vision avant d’évoluer rapidement et de causer une cécité totale ou partielle. Elle est généralement provoquée par la formation de nouveaux vaisseaux sous la rétine.

Les causes de la dégénérescence maculaire

Malheureusement, la première cause de la DMLA est l’âge. Or, nous ne pouvons lutter contre le temps qui passe. S’il existe de nombreuses solutions pour diminuer l’impact de la vieillesse sur notre santé, il est impossible de ne pas vieillir du tout. A ce titre, personne n’est à l’abri de développer cette pathologie dans le futur.

Néanmoins, il existe des facteurs de risque qui peuvent nous conduire à nous montrer plus prudent concernant notre vision. L’hérédité joue un rôle essentiel dans le développement de cette dégénérescence maculaire. Si vos antécédents familiaux comprennent des cas de DMLA, alors faites-vous régulièrement dépister pour savoir si vous présentez des risques ou pas. Et lisez bien la suite de l’article pour savoir comment prévenir la maladie grâce à une alimentation saine et équilibrée.

Un autre facteur connu est le tabac. En effet, une étude menée au Japon a démontré que les fumeurs ont 4 fois plus de risques de développer une DMLA que les non-fumeurs. En parallèle, en 2006, une synthèse reprenant 17 études britanniques sur le lien entre cette maladie et le tabac, a minoré ce chiffre mais fait tout de même état d’un risque multiplié par 2 ou 3.

Une maladie dégénérative qui altère la vision

La DMLA progresse lentement et les premiers symptômes ne sont pas toujours perceptibles. Souvent mis sur le compte de la vieillesse, ils n’alertent pas forcément les personnes. Si celles-ci n’effectuent pas de visites médicales annuelles chez l’ophtalmologiste, elles peuvent alors passer à côté d’un diagnostic précoce.

Dégénérescence maculaire liée à l'âge

Comment la dégénérescence maculaire liée à l’âge affecte la vision

Les symptômes commencent par une diminution de la sensibilité aux contrastes. Cela signifie que vous avez l’impression que la lumière n’éclaire pas assez. Puis la vision se trouble légèrement et les détails vous paraissent moins précis. Des lignes peuvent apparaître puis se sont les tâches noires qui prennent place en plein centre de votre vue.

Si vous ressentez une de ces gênes, il est important de consulter votre médecin rapidement pour un dépistage. Il n’existe malheureusement pas de traitement de la DMLA, tout ce que l’ophtalmologiste peut faire, c’est prescrire le nécessaire pour ralentir la progression de la dégénérescence. Donc plus tôt le diagnostic est posé, plus tard la maladie atteindra son apogée.

Prévenir la DMLA par l’alimentation

Mais avant d’être atteint par cette maladie et d’envisager un traitement, pourquoi ne pas prendre des précautions grâce à l’alimentation ? Notre faune et notre flore sont pavées d’aliments aux propriétés bienfaitrices, autant s’en servir pour prévenir toutes sortes de maladies, même celles qui induisent une baisse de la vision.

Le zinc, seul ou en synergie avec des vitamines, serait un excellent partenaire dans la lutte contre la DMLA. Une étude menée de 1992 à 2001 par l’AREDS (Age-Related Eye Disease Study), dans 11 centres américains, a conclu que ce minéral pouvait réduire le risque de développer cette maladie et la ralentir dans le cas où elle serait déjà déclarée. Pour votre apport en zinc, consommez des huîtres, des germes de blé, du cacao, de la viande rouge, des cacahuètes, du pain complet, des poissons gras ou encore du soja.

Autre ami de votre régime pour la lutte contre la DMLA : les oméga-3. Ces acides gras indispensables à notre organisme sont également indispensables à notre rétine. Celle-ci se compose d’acides gras polyinsaturés présents dans les oméga-3. Il faut donc la nourrir de cette substance pour la protéger. Où trouver des oméga-3 ? Dans les poissons gras, les noix, les légumes verts à feuilles (choux, mâche, laitue…), l’huile de soja et l’huile de krill.

Prévenir la DMLA grâce à une bonne hygiène alimentaire

Privilégiez les légumes verts, le pain complet, le saumon, les huîtres, etc.

Continuons notre liste de course par des anti-oxydants. Ce n’est pas la première fois que je vous en parle mais il faut avouer qu’ils ont un fort pouvoir protecteur sur notre organisme. La DMLA est une maladie dégénérative, les antioxydants luttent contre la dégénérescence, ils sont donc parfaits pour contrer les effets de cette pathologie. Alors, au menu : thé vert, amandes, aubergines, brocolis, baies de goji et des fruits.

Enfin, deux nutriments demeurent essentiels pour lutter contre la DMLA : la lutéine et la zéaxanthine. De la famille des caroténoïdes, ces pigments verts et jaunes possèdent des vertus protectrices sur la macula. Cette dernière est la zone de la rétine responsable de la précision et de la qualité de notre vision durant la journée. La dégénérescence maculaire liée à l’âge attaque cette partie de l’œil en premier, voilà pourquoi il est utile de la préserver grâce à des caroténoïdes. Alors ne lésinez pas sur les légumes verts, les carottes, le céleri, le pamplemousse, le jaune d’œuf et le saumon.

La prévention de la DMLA passe par l’arrêt du tabac mais aussi par une alimentation équilibrée. En protégeant nos cellules et en leur fournissant le nécessaire pour qu’elles se régénèrent au quotidien, nous sommes assurés de limiter les maladies dégénératives. Mais pour mettre toutes les chances de votre côté, je vous recommande vivement de faire une visite annuelle chez l’ophtalmologiste, notamment à partir de 50 ans. Etant donné qu’aucun traitement ne guérit la DMLA, mieux vaut dépister au plus vite la maladie pour mettre en place des solutions destinées à freiner au maximum sa progression.

Livres recommandés sur Amazon.fr :

 

Vous souhaitez réagir à cet article ? N’hésitez pas à commenter en quelques mots.

Soyez « social friendly » ! SVP Partagez cet article sur Facebook et Twitter

Merci et belle journée 😉 

Abonnez-vous et recevez nos actus avant tout le monde


Vos coordonnées restent confidentielles
Temps de lecture: 7 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *