Maigrir – Pourquoi votre inconscient est-il responsable de vos problèmes de poids ?

Maigrir – Pourquoi votre inconscient est-il responsable de vos problèmes de poids ?

Posté dans Maigrir le avec Aucun commentaire

Aujourd’hui nous accueillons Hélène du site Prism’Evolution pour un article invité sur l’inconscient.


Que celui qui ne s’est jamais fixé comme objectif de maigrir avant l’incontournable exposition estivale sur la plage ou de se remplumer de quelques kilos pour clouer le bec aux railleurs lève la main. Pour beaucoup de personnes, ces beaux projets se terminent de la même manière : on suit à la lettre notre nouveau régime alimentaire, puis patatras !, on se laisse regagner par nos mauvaises habitudes. Et vive l’effet yo-yo ! Certains diront qu’il s’agit simplement d’un manque de volonté et de faiblesse d’esprit… En réalité, nombre de problématiques liées à la gestion du poids se trouvent directement entretenues par notre inconscient. Peut-être est-ce votre cas ? Équipez-vous, on plonge dans les eaux troubles du psychisme !

Qu’est-ce que l’inconscient ?

Vous l’aurez compris, dans cet article, il sera largement question de l’inconscient. De fait, autant prendre le problème par le bon bout et commencer tout de suite par une brève mise au point pour visualiser clairement ce à quoi renvoie le terme d’inconscient. Rassurez-vous, il ne s’agira en aucun cas de débattre autour de postulats (parfois barbares) énoncés au fil du temps par les chercheurs, les philosophes et les psychologues : rien de compliqué, on vous le promet ! Daignons simplement adresser une pensée émue à Freud et Lacan qui, même s’ils n’ont pas toujours évolué main dans la main, ont considérablement fait avancer les recherches de la psychanalyse dans ce domaine complexe.

Maigrir - Pourquoi votre inconscient est-il responsable de vos problèmes de poids ?

Clarification terminologique

En premier lieu, il est de bon aloi de veiller à ne pas s’emmêler les pinceaux entre tous les termes présentant une racine étymologique commune avec la conscience (lat. Conscientia, « con » signifiant « avec » et « scientia » connaissance).

L’inconscience est le propre d’un individu dit inconscient : l’adjectif renvoie, au choix, à une personne se trouvant dans un état momentané de perte de conscience de la réalité environnante (lorsque l’on s’évanouit, que l’on s’endort ou que l’on sombre dans le coma, on devient alors inconscient), ou bien à un personnage particulièrement insouciant et irresponsable qui n’évalue pas les conséquences de ses actes (d’un enfant qui veut jouer avec le tableau électrique de papa, on dira qu’il est inconscient).

Ici, nous parlerons bel et bien de ce que recouvre le nom commun inconscient, dans le sens psychanalytique du terme.

Distinction conscience/inconscient

Vous avez probablement tous en tête Jiminy Cricket, l’accorte petit personnage imaginé par Carlo Collodi en Italie peu avant la fin du XIXème siècle sous la forme d’un grillon parlant et popularisé par Walt Disney sous son apparence la plus connue plus de cinquante ans plus tard auprès des têtes blondes dans « Pinocchio ».

Dans le dessin animé, Jiminy personnifie la conscience de Pinocchio : il lui dit ce qui est bien ou mal, ce qu’on attend d’un « vrai petit garçon » (sous-entendu, un enfant bien élevé et convenablement instruit) et ne cesse de le mettre en garde contre les tentations qui se dressent sur son parcours initiatique.

Contrairement à ce que le préfixe privatif « in » pourrait laisser croire de prime abord, l’inconscient ne s’oppose pas à la conscience comme le chaud s’oppose au froid. Il s’agit en fait de deux pans indissociables constitutifs d’une seule et même réalité. Comme le côté face et le côté pile d’une pièce, ou le blanc et le noir dans le Yin Yang.

Le côté de la conscience est lumineux et relativement limpide : il regroupe tout ce que l’individu perçoit de son existence et de sa façon d’être au monde. Par l’intermédiaire de sa conscience, l’être humain se prend lui-même comme objet d’analyse, comme dans un processus dissociatif. Lorsque je dis « j’ai conscience de ma chance », cela signifie que je sais être chanceux et que je me représente cette chance en tant que telle.

Le côté de l’inconscient, quant à lui, est difficilement identifiable et méconnu : c’est dans ce vaste « dépotoir » que l’individu entasse tout ce qui constitue ce qu’on appelle le refoulé. Cette douce appellation désigne tout simplement le résultat d’un conflit intérieur : dans le cas de représentations, de désirs et d’affects trop douloureux ou en désaccord avec ma personnalité rencontrés au cours de ma vie, je choisis de protéger mon intégrité psychique et le pan de ma personnalité consciente en les mettant au placard, en les « oubliant », en les projetant dans mon inconscient… en les refoulant, donc. Il s’agit d’un pur réflexe défensif : si quelqu’un s’apprête à vous frapper, vous allez machinalement chercher à protéger votre corps des coups, en utilisant vos bras comme bouclier par exemple. Le psychisme fonctionne exactement de la même manière. C’est également dans l’inconscient que sont enracinés tous nos conditionnements, nos croyances et nos gestes les plus machinaux (vous n’avez pas besoin de vous concentrer pour solliciter les muscles nécessaires à la marche, à la respiration ou encore à l’écriture, n’est-ce pas ? Ce sont des mouvements purement inconscients).

Imaginez à présent que l’inconscient et la conscience sont séparés par une paroi : la censure. Cette cloison est souple, élastique, de sorte que tout le poids du refoulé accumulé dans notre inconscient, de l’autre côté de la conscience, en profite pour faire largement pression sur notre conscience. Ainsi, sans que vous ne vous en aperceviez, tout ce qui habite votre inconscient détermine un certain nombre d’actions pourtant réalisées en pleine conscience. Vous commencez à entrevoir le lien avec le comportement alimentaire ?

Et mes problèmes de poids, alors ?

C’est bien beau toutes ces métaphores sur l’inconscient, encore faut-il comprendre en quoi ce dernier devient un frein dans notre perte ou prise de poids. En cela, l’expérience individuelle s’avère déterminante.

Le poids de l’inconscient sur le comportement alimentaire

Nous venons de voir que l’inconscient génère des répercussions sur la conduite consciente de l’individu pensant. De fait, il devient plus aisé de concevoir que certains freins psychologiques profondément enracinés viennent entraver notre « volonté » de maigrir ou grossir.

Ainsi, l’on se retrouve dans des situations déchirantes et contradictoires : même si l’on se prend en main pour perdre nos rondeurs ou à l’inverse conquérir quelques kilos supplémentaires, quelque chose semble s’évertuer à nous empêcher de mener à bien nos projets. Le schéma classique : l’alternance de régimes draconiens et de crises d’alimentation compulsive (qui s’explique à la fois d’un point de vue psychologique et physiologique, soit dit en passant). C’est le fameux effet yo-yo. Malgré notre bonne volonté, notre inconscient influence notre corps pour nous donner une envie irrépressible de nous remplir, ou de nous vider.

Dans les cas les plus extrêmes (car l’on parle véritablement de maladies, à cheval entre le psychiatrique et le médical), ces entraves inconsciemment dressées déboucheront sur des Troubles du Comportement Alimentaire (TCA) : anorexie (refus d’ingérer de la nourriture qui mène à un amaigrissement excessif et incontrôlable), boulimie (crises qui poussent à une consommation excessive d’aliments, suivies d’un fort sentiment de culpabilité exorcisé par un rejet sciemment provoqué par vomissements) ou hyperphagie (série de pulsions incitant à une ingestion déraisonnable d’aliments).

Maigrir - Pourquoi votre inconscient est-il responsable de vos problèmes de poids ?

Si notre esprit nous encourage inconsciemment à conserver nos kilos superflus ou, à l’inverse, à ne plus nous nourrir, c’est que nous ne voulons pas maigrir/grossir et que nous n’y sommes pas prêts. Il s’agit d’un mécanisme de défense psychique, qui se déclenche en écho à un traumatisme passé ou à un conditionnement. Ainsi, pour parvenir à maigrir ou grossir, selon vos objectifs, il est nécessaire de passer par une phase d’exploration de l’inconscient afin d’identifier les problèmes et de les traiter à la racine.

Les facteurs en jeu

Les facteurs susceptibles de contrarier vos plans sont indénombrables et dépendent avant tout de l’expérience individuelle de chacun. Toutefois, certains schémas et freins psychologiques traditionnels tendent à se retrouver d’une personne à une autre.

Nourriture et liens sociaux

« Il faut manger pour vivre, et non pas vivre pour manger », dit le dicton. S’il est clair que l’ingestion de nourriture correspond avant tout à la satisfaction d’un besoin primaire (la survie), l’être humain y perçoit bien plus qu’un apport calorique. Les repas sont porteurs d’une lourde symbolique : ils favorisent la mise en place et l’entretien de liens sociaux (les repas de famille, les repas d’affaires, par exemple). En outre, l’ingestion de la nourriture et l’apaisement de la sensation de faim qui en découle sont générateurs de plaisir et d’émotions variés selon le contexte. Ainsi, refuser la nourriture, n’est-ce pas comme se couper du monde et porter atteinte à sa propre intégrité ?

Protection identitaire

Même si l’on désire ardemment maigrir mais que nos efforts pour y parvenir restent vains, ce peut-être pour protéger notre identité. L’inconscient identifie ces quelques kilos superflus comme une partie de vous et une protection vis-à-vis du monde extérieur et, par conséquent, refuse de les laisser s’évaporer pour ne pas risquer de devenir vulnérable et de sombrer dans la peur de l’inconnu (Nouveau « moi » plus mince, nouveaux vêtements, nouveaux regards émanant des proches et des inconnus, etc.). Le défi sera alors de comprendre pour quelle raison vous cherchez inconsciemment à vous protéger derrière votre carapace, et de qui ou de quoi.

La nourriture comme réconfort

Lorsque les problèmes s’accumulent et que nous nous sentons comme spectateur impuissant, beaucoup d’entre nous trouvent un refuge dans la nourriture. Dans ce cas, l’alimentation répond en premier lieu à un besoin psychologique : on cherche un réconfort dans nos aliments favoris pour tenter de compenser un coup dur par le plaisir éphémère éprouvé lors de leur dégustation. Fuir ses problèmes et retarder l’échéance de leur résolution ne s’est jamais avéré bénéfique pour quiconque…

Le conditionnement familial

Notre enfance détermine en grande partie notre identité adulte… et toutes les névroses qui l’accompagnent. Peut-être votre inconscient vous empêche-t-il de maigrir/grossir tout simplement parce que, durant vos années vertes, le surpoids était considéré comme la norme, les sportifs étaient moqués, les grignotages étaient légion, le corps était perçu négativement, le manque d’argent et de nourriture vous faisait culpabiliser, certains aliments étaient bannis des repas, etc. Autant de conditionnements susceptibles de s’être creusé un nid dans votre inconscient et de se réveiller dès que vous entreprenez de « trahir » les habitudes de l’enfant qui sommeille en vous.

Quelles solutions apporter ?

Pour repartir sur des bases saines, il faut crever l’abcès, faire ressortir à la surface tout le pus qui se collecte dans la cavité et entretient votre mal-être. Néanmoins, vous ne pourrez pas remporter votre combat intérieur en jouant les chevaliers solitaires. Divers dispositifs de soutien s’offrent à vous pour vous accompagner dans votre démarche. Et n’oubliez pas : il n’y a absolument rien de condamnable à œuvrer pour son bien-être et son équilibre.

Psychothérapie

La paroi symbolique qui délimite l’inconscient du conscient n’est nullement invulnérable : parfois, certaines ouvertures permettent au contenu inconscient de s’évader sous forme de contenu codé du côté de la conscience. Ce phénomène ne se manifeste que dans des cas particuliers, comme les lapsus, les rêves ou les névroses. Le travail du psychanalyste consistera alors à pointer le phénomène du doigt pour aider le patient à résoudre son conflit intérieur en déchiffrant les manifestations.

Les séances doivent être nombreuses et régulières : vous vous installez sur un divan et le praticien vous pose des questions, vous invite à évoquer votre passé, votre enfance, vos habitudes. Pendant le processus, il attire votre attention sur certaines de vos actions et vous aide à prendre conscience de leur caractère infondé. À terme, les échanges débouchent sur le traitement du mal-être sous-jacent.

Néanmoins, à chaque psychothérapeute son approche thérapeutique de prédilection ; ce qui implique que toutes les thérapies ne se valent pas. En outre, il vous faudra mener de front plusieurs recherches pour trouver un praticien avec lequel vous vous sentez suffisamment à l’aise pour forger une alliance thérapeutique de qualité, condition sine qua non pour parvenir à la guérison.

Hypnose et auto-hypnose

L’hypnose est une solution de plus en plus plébiscitée pour gérer les malaises psychologiques variés, parmi lesquels les troubles alimentaires évoqués tout au long de cet article. Un fois hypnotisé, vous tombez dans un état de conscience particulier, tendant à dépasser les filtres imposés par la censure, et en ce sens favorable à l’identification des éléments déclencheurs de votre mal-être. L’inconscient se construit beaucoup sur des émotions ressenties davantage que sur la raison : de fait, la pratique de l’hypnose vous aidera à les neutraliser pour repartir du bon pied.

Par la suite, si vous le souhaitez, vous pourrez même demander à votre hypnothérapeute de vous apprendre l’auto-hypnose, ce qui vous permettra de pratiquer au quotidien, quand vous en ressentez le besoin, pour conserver tout le bénéfice des séances et retirer la fierté d’affronter vos maux par la seule force de votre esprit.

 

Hélène pour Prism’Evolution

 

Pour gérer votre poids de manière durable, nous vous recommandons l’hypnothérapie.

Vous avez des amis qui aimeraient lire cet article ? Partagez-le avec eux pour qu’ils puissent le lire aussi.

Abonnez-vous et recevez nos actus avant tout le monde


Vos coordonnées restent confidentielles
Temps de lecture: 13 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *