Etude : trop de vélo nuit à la sexualité

Etude : trop de vélo nuit à la sexualité

Posté dans Santé le avec Aucun commentaire

Lorsqu’il s’agit de s’adonner à une activité physique, le vélo apparaît comme l’une des meilleures solutions pour s’entretenir et faire du bien à son organisme. Qu’il s’agisse de le faire en salle ou en extérieur, le vélo a de multiples bienfaits sur la santé. Malheureusement, il n’est pas sans risques pour la sexualité si on le pratique de manière intensive…

 Le vélo pourrait nuire aux performances sexuelles. Voyons pourquoi...

Une étude révélatrice

Faire du vélo, c’est bien, mais mal le faire et le faire de façon trop intensive peut vite s’avérer préjudiciable sexuellement. Tel est le constat qui a été révélé au grand jour en Californie, par les chercheurs du centre de médecine sexuelle de l’hôpital Alvarado de San Diego.

À l’occasion du congrès annuel de la société internationale d’étude sur la sexualité féminine, ces derniers avaient en effet mis en exergue les bienfaits du vélo elliptique qui se présente sans selle. C’est donc ainsi, qu’au cours de leur démonstration, ces chercheurs américains avaient pris soin de souligner le fait que le vélo classique était susceptible de nuire à la sexualité de ceux qui y avaient recours de façon intensive.

En appui à leur thèse, ils avaient fait remarquer que l’utilisation du vélo elliptique avait permis à neuf femmes de voir leur sexualité s’améliorer, alors même que cette dernière s’était dégradée suite à la pratique accrue du vélo classique en salle.

 

Les causes et manifestations du phénomène

Il apparaît que lors de la pratique du vélo, la position adoptée amène une compression du périnée qui est de nature à provoquer des nuisances du point de vue sexuel. S’il faut rappeler que le périnée se situe dans l’entrejambe et se présente comme un hamac constitué d’un ensemble de muscles qui soutient le vagin et l’anus, cela se comprend aisément.

En effet, en plus de jouer le rôle de soutien des organes abdominaux que sont l’utérus, la vessie et l’intestin, le périnée assure aussi une fonction de continence et joue un rôle considérable dans le plaisir sexuel. C’est grâce à sa contraction qu’il est possible de ressentir des sensations lors de la pénétration liée à l’acte sexuel. La compression du périnée pourrait donc nuire à ce niveau. D’après les chercheurs de San Diego, le mauvais réglage du vélo et la position du guidon seraient les principales causes de cette compression.

 

Des études anciennes appuient ces nouvelles découvertes

Les effets néfastes du vélo sur la sexualité ne seraient toutefois pas un fait nouveau. Le « Journal of Sexual Medecine » avait en effet déjà publié trois ans plus tôt un article où il avait été fait mention de ce résultat.

Lors d’une étude effectuée par des chercheurs provenant de différentes universités américaines, il avait été révélé que deux tiers des femmes pratiquant du vélo de façon intensive avaient rapporté souffrir de différents maux, douleurs, picotements, engourdissement périnéal, tous liés à la zone génitale. Cette précédente étude avait été faite sur environ quarante femmes qui parcouraient plus de 16 km par semaine.

Il était alors apparu que c’était le positionnement du guidon qui était particulièrement en cause. Pour en venir à cette conclusion, les chercheurs américains avaient fait usage de selles nanties de capteurs, ce qui leur avait permis d’analyser sous huit angles différents, les sensations périnéales des femmes se prêtant à cette étude.

 

La bonne attitude pour les femmes

Face à cet état de fait, il ne faut toutefois pas pousser l’inquiétude jusqu’à cesser de pratiquer du vélo par crainte pour sa sexualité. En effet, bien que l’impact de la selle ait été relevé lors de cette étude, c’est surtout la position du guidon qui était particulièrement indexée.

Le vélo pourrait nuire aux performances sexuelles. Voyons pourquoi...

Pour contrer cela, il suffit simplement que les femmes prennent garde à bien régler leur guidon. L’étude américaine mentionne que c’est lorsque, sur le guidon, les mains sont positionnées à une hauteur égale, voire plus basse que le niveau de la selle, que la pression qui s’exerce sur les organes génitaux a tendance à s’accroître. Les femmes doivent donc tenir leur guidon de façon à ce que leurs mains ne se retrouvent pas plus basses que la hauteur de la selle.

Par ailleurs, cette bonne pratique est plébiscitée via d’autres études plus anciennes déjà été menées entre 1999 et 2004. Elles avaient eu pour effet de noter l’apport considérable de ce réglage du guidon sur l’intégrité du plancher pelvien.

 

Les solutions pour les hommes

Quant aux hommes, ils ne sont pas non plus épargnés par le phénomène. Bien que se présentant différemment, le périnée est également présent chez l’homme chez qui il soutient la section inférieure de la voie digestive, ainsi qu’une partie des voies urinaires et génitales.

Chez les hommes, la compression du périnée avait d’ailleurs été remarquée très tôt grâce à des policiers américains en 1998. Exerçant majoritairement leur fonction à vélo, plusieurs d’entre eux s’étaient en effet plaints de douleurs à l’aine, d’insensibilité génitale et de troubles de l’érection. Sur 23 agents, plus de 15 faisaient état de ce type de problème. Là aussi, une étude avait donc été mise en œuvre par le NIOSH, l’Institut national des activités de loisir et santé. Il avait été relevé que ces hommes qui passaient environ 5 heures et demie par jour à vélo, avaient bien moins d’érection nocturne que les autres. L’étude avait ensuite contribué à faire savoir que les hommes qui faisaient par semaine plus de 3 heures de vélo, avaient doublement plus de chances de souffrir de dysfonctionnement érectile.

Pour lutter contre la pression du périnée chez l’homme, il faut donc utiliser des selles fendues ou des selles courtes. Comme pour les femmes, il ne faut pas placer les mains trop bas.

 

Très bon pour l’organisme, le vélo peut avoir des répercussions sur la sexualité et agir sur le périnée. Il convient donc de ne pas le pratiquer excessivement et de faire en sorte de ne pas avoir le guidon plus bas que la selle. Les hommes se devraient, de plus, d’opter pour des selles courtes ou fendues. Vous pourrez ainsi pédaler en toute sécurité et profiter uniquement des bienfaits de ce sport !

 

SVP partagez cet article sur vos réseaux sociaux. Belle journée 😉

Abonnez-vous et recevez nos actus avant tout le monde


Vos coordonnées restent confidentielles
Temps de lecture: 6 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *