Cancer de la prostate – Partie 1 : les signes qui doivent vous alerter

Cancer de la prostate – Partie 1 : les signes qui doivent vous alerter

Posté dans Santé le avec 2 Réponses

Le cancer de la prostate est un mal qui mérite une attention particulière. Le présent dossier se propose donc d’étudier dans un premier temps les signes avant-coureurs, avant de s’intéresser dans un second article aux aliments à adopter en cas de cancer de la prostate.

 

Point sur le cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est l’un des cancers que l’on rencontre le plus chez les hommes. Ce type de cancer apparaît comme le troisième auquel les hommes sont le plus exposés.  Ce sont plus particulièrement les plus de 50 ans qui sont concernés avec plus de 10.000 décès par an. Mais, avant d’aller plus loin, commençons déjà par localiser la prostate puisque c’est de cette glande masculine dont il est question !

Pas plus grande qu’une noix, la prostate est une toute petite glande située entre le rectum et la vessie. Elle se trouve en bas de cette dernière. Faisant partie intégrante de l’appareil de reproduction masculin, c’est la prostate qui produit une partie du liquide séminal, liquide qui permet d’obtenir le sperme par ajout des spermatozoïdes en provenance des testicules.

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l'homme

Le plus souvent, le cancer de la prostate a des origines héréditaires. Il peut également être tout simplement lié à l’âge, au poids ou encore à l’alimentation. Quoi qu’il en soit, si ce cancer existe, c’est parce que les cellules de la prostate peuvent connaître des mutations. Bien que ces changements ne soient pas tous cancérigènes, certains peuvent engendrer la création d’une masse appelée à croître.

Il s’agit alors de la tumeur du cancer de la prostate, une tumeur maligne qui agit insidieusement et peut facilement passer inaperçue. À son stade primaire, il est possible de traiter et d’éradiquer complètement cette tumeur. Par contre, lorsqu’elle a déjà commencé à se propager à d’autres parties du corps, cela devient un peu plus difficile, d’où la nécessité de déceler rapidement les signes avant-coureurs de ce cancer.

 

Les troubles urinaires et le cancer de la prostate

Pour lutter efficacement contre le cancer de la prostate, il convient de pouvoir le déceler le plus tôt possible. Il y a donc des signes qui, plus que d’autres, devraient grandement vous interpeller. C’est notamment le cas de l’apparition de trouble urinaire. Même si ces troubles ne sont pas toujours dus à un cancer de la prostate, ils doivent faire l’objet d’un contrôle chez un médecin pour s’en assurer.

Un gonflement de la prostate aurait en effet tendance à comprimer une partie de l’urètre, d’où la présence de divers troubles urinaires. Ces derniers peuvent se traduire par une envie fréquente d’uriner. À plus de cinq fois par jour et de deux fois par nuit, vous devrez donc commencer à vous inquiéter.

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l'homme

A contrario, une incapacité d’uriner peut également être la conséquence d’un cancer de la prostate. En effet, vous pouvez voir votre jet urinaire faiblir ou s’interrompre. Par ailleurs, il est possible d’avoir l’impression de ne jamais parvenir à vider complètement votre vessie. Cela peut être le cas s’il vous arrive fréquemment de repartir aux toilettes après y être allé seulement 30 min ou 1 h plus tôt.

Enfin, les troubles urinaires peuvent se présenter sous la forme de douleurs lors de la miction, ou pendant que vous urinez. Il se pourrait aussi que vous voyiez apparaître du sang dans votre urine. S’il vous arrive de ressentir régulièrement l’un ou l’autre de ces symptômes, le mieux serait de consulter au plus vite.

 

Le cancer de la prostate et les troubles d’ordre érectile

Hormis les troubles urinaires, certains autres signes peuvent être avant-coureurs du cancer de la prostate. Il en va ainsi des troubles érectiles ou d’éjaculations douloureuses.

En effet, s’il est vrai que le cancer de la prostate se présente dans un premier temps sans symptômes, ceux-ci apparaissent au fur et à mesure que le cancer évolue. Sans pour autant affirmer que des symptômes de ce type soient nécessairement dus à la présence d’une tumeur, le fait de vérifier cet état de fait auprès de votre médecin ne pourrait que vous être bénéfique.

Il faut considérer que l’urine, tout comme le sperme, s’écoule à travers l’urètre. Le développement d’un cancer de la prostate est donc bien placé pour causer des troubles éjaculatoires et des dysfonctionnements érectiles lorsqu’une partie de cet organe se retrouve compressée par la prostate.

Par ailleurs, il se pourrait aussi que vous rencontriez des impuissances sexuelles ou du sang dans votre sperme. Si vous ressentez plus d’une fois des problèmes du type de ceux qui sont évoqués ici, c’est qu’il est indispensable de consulter un proctologue rapidement.

 

Les autres symptômes annonciateurs

En dépit du fait que les tumeurs prostatiques ne produisent aucun symptôme en premier lieu, elles peuvent tout de même être décelées. Un simple toucher rectal peut permettre au médecin de constater une grosseur de la prostate.

Passé un certain âge, votre santé devrait être l’une de vos préoccupations premières, pour déceler rapidement ce type de maladie. Des analyses ou des évaluations telles que celles des PSA devraient donc être faites régulièrement. Protéines en principe sécrétées par les cellules prostatiques, les PSA permettent d’avoir des indications sur l’existence d’un cancer de la prostate. Plus le taux de PSA est faible, moins il y de risque de cancer de la prostate.

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l'homme

Hormis ces signes décelables seulement par apport médical, il existe d’autres symptômes du cancer de la prostate qui sont bien plus graves que les troubles urinaires et les problèmes érectiles. Ressentir l’un de ces symptômes suppose en effet que la tumeur prostatique est un peu plus volumineuse et qu’elle a atteint un stade plus avancé. C’est notamment le cas lorsque sont ressenties des douleurs dans le dos et dans le bas-ventre.

Il est aussi possible de ressentir des douleurs dans les cuisses, dans les hanches ou encore dans le cou. Il apparaît parfois également que la fatigue, l’anémie, l’incontinence et la perte de poids sont des signes annonciateurs d’un cancer de la prostate tardif.

Faites le test gratuit en ligne du Pr Joyeux

Le Professeur Henri Joyeux lance gratuitement un programme en ligne d’évaluation des risques du cancer de la prostate : Faites le test en ligne, c’est gratuit !!! Le Professeur Henri Joyeux est membre du CESE…

Agissant insidieusement, le cancer de la prostate touche de nombreux hommes. Fort heureusement, quelques signes comme l’évaluation PSA, les troubles urinaires ou les douleurs dans le dos peuvent permettre de le déceler. En cas de cancer de la prostate avéré, il y a cependant certains aliments à privilégier. Ceux-ci feront l’objet d’un second article qui servira à compléter le dossier.

 

SVP partagez cet article sur vos réseaux sociaux. Belle journée 😉  

Abonnez-vous et recevez nos actus avant tout le monde


Vos coordonnées restent confidentielles
Temps de lecture: 7 minutes

2 Commentaires pour “Cancer de la prostate – Partie 1 : les signes qui doivent vous alerter

  • Cancer de la prostate – Partie 1 : les signes qui doivent vous alerter
    Bonjour à toute l’équipe.
    Je viens de réaliser que cet article date déjà du 01/12/14 ! et qu’aucun commentaire n’a encore été posté. Alors je débute timidement en me disant qu’il faut bien que quelqu’un commence afin de pouvoir espérer un jour lire la deuxième partie de cet article qui traiterait de l’alimentation conseillée pour aider dans la guérison, voire la prévention ?, du cancer de la prostate.
    Merci pour cette première partie très graphique et simple à lire.
    Roger.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *