Cancer de la peau : les premiers signes qui doivent vous alerter

Cancer de la peau : les premiers signes qui doivent vous alerter

Posté dans Santé le avec Aucun commentaire

Chaque année, en France, environ 60 000 nouveaux cas de cancer de la peau sont détectés. Ce chiffre n’a cessé d’augmenter depuis les années 1960, ce qui est plutôt inquiétant ! À l’approche de l’été, qui est une saison propice aux expositions solaires, premiers facteurs de risque de cancer de la peau, Plus Mince Plus Jeune vous propose de faire le point sur cette maladie et surtout sur les méthodes de prévention.

 

Qu’est-ce que le cancer de la peau ?

En termes de surface, la peau est l’organe humain le plus grand : 1,7m². Elle fait partie aussi partie des organes qui peuvent malheureusement être touchée par le cancer. C’est d’ailleurs un des cancers les plus fréquents, qui ne cessent d’augmenter. En effet, entre 1980 et 2012, le nombre de nouveaux cancers s’est multiplié par trois !

2 grands types de cancers de la peau coexistent : les carcinomes et les mélanomes.

Les carcinomes

Ils représentent les cancers de la peau les plus fréquents. Ils apparaissent généralement vers 50 ans sur les zones les plus exposées au soleil : bras, visage, jambe, épaules…

Dans la plupart des cas, les carcinomes peuvent être facilement guéris, même s’il existe un risque de lésion.

Le carcinome peut prendre une forme épidermoïde, c’est-à-dire une ressembler à une simple croûte. Peu fréquent, il demeure dangereux, car susceptible d’entraîner des métastases.

Une croûte qui n’a pas lieu d’être sur votre corps, qui saigne et qui ne semble pas guérir doit vous alerte. Ce type cancer se développe également sur les zones du corps exposées au soleil. Les personnes à peaux claires présentent malheureusement un plus grand risque de l’attraper.

Détecté de manière précoce, le carcinome épidermoïde implique un traitement chirurgical pouvant être réalisé sous anesthésie locale. Le but de cette intervention consiste à empêcher l’extension métastatique et de vous guérir définitivement.

Mais la forme la plus fréquente de cancer de la peau est le carcinome baso-cellulaire : il représente 70% des cas de cancer. Il ne produit aucune métastase, mais détruit les tissus. Il doit donc être dépisté très tôt.

Lorsque vous découvrez sur votre corps des lésions avec des papules (boutons pleins de couleur rose) situées sur les zones exposées au soleil, n’hésitez pas à aller consulter un médecin.

Ce cancer touche majoritairement les personnes de plus de 65 ans.

Le mélanome

Le mélanome cutané constitue le cancer le plus grave de la peau. Il se propage rapidement dans tout le corps et se manifeste de deux manières différentes :

  • Des tâches pigmentées qui apparaissent sur une peau saine
  • La modification d’un grain de beauté

Il peut arriver que le cancer de la peau se manifeste chez des personnes qui ne présentent à priori aucun risque. Certains éléments contribuent cependant à augmenter le risque de cancer :

S’il est difficile d’effectuer un auto-diagnostic dans les deux derniers cas, les personnes ayant de nombreux grains de beauté sur le corps peuvent régulièrement les examiner. Si elles en repèrent un qui semble se transformer, alors il est conseillé de l’observer attentivement.

Pour détecter les grains de beauté à risque, utilisez la méthode « ABCDE ».

  • A comme asymétrie,
  • B comme bords irréguliers
  • C comme couleur non homogène
  • D comme diamètre
  • E comme évolution (changement de forme, de taille, etc.)

La présence de l’un de ces critères ne signifie pas nécessairement qu’il s’agit d’un mélanome. Néanmoins, il ne doit pas être ignoré et il est recommandé de conseiller un dermatologue rapidement. Si les délais de rendez-vous sont trop longs, consultez votre médecin traitant.

Le cancer de la peau touchant de plus en plus de personnes chaque année, il est impératif de surveiller les signes avant-coureurs qui permettent d’effectuer un dépistage précoce du cancer de la peau

Une visite chez le dermatologue peut s’imposer en cas de doute

 

Les facteurs de risque

Plusieurs facteurs exposent à un plus grand risque de développer un cancer cutané.

Tout d’abord, l’exposition répétée au soleil reste la cause principale des cancers de la peau. Les rayons UVA et UVB nuisent à votre épiderme et provoquent des mutations cutanées pouvant conduire à la maladie. D’où l’importance de prévoir une crème solaire adaptée à votre carnation dès que l’été revient !

C’est particulièrement valable pour les personnes pratiquant régulièrement des activités en plein air. Elles doivent être particulièrement vigilantes et toujours sortir parfaitement protégées.

Et vous n’êtes pas plus à l’abri si vos séances de bronzage se déroulent en cabine ! Selon l’OMS, les rayons UV provenant des lits de bronzage se classent dans la catégorie des cancérogènes les plus dangereux.

Enfin, l’exposition chronique à certains produits chimiques, comme des herbicides, l’arsenic ou toutes substances fabriquées à base de pétrole, est également un facteur de risque de cancer de la peau.

 

Prévenir le cancer de la peau

La solution la plus fiable pour lutter contre le cancer de la peau reste la prévention. Vous le savez, sur Plus Mince Plus Jeune, nous affectionnons particulièrement la devise qui dit qu’il faut mieux prévenir que guérir !

Alors, quels gestes adopter au quotidien, surtout à l’approche de l’été et ses longues séances de bronzette ?

Une protection contre les ultraviolets

La peau doit toujours être protégée du soleil, même lorsque vous sortez simplement vous promener ou entretenir votre jardin. Pour ce faire, vous pouvez opter pour des matières respirantes comme le polyester, qui est aussi réputé pour amoindrir l’effet des rayons ultraviolets. Si vous passez de longues heures chaque jour au soleil, il est conseillé de se couvrir complètement, avec des manches longues et un pantalon. En choisissant la bonne matière, vous ne souffrirez pas du chaud, tout en restant parfaitement protégé.

Cependant, il ne faut pas oublier l’indispensable crème solaire. Optez pour un indice 50 pour vos premières expositions et tartinez allègrement les parties du corps exposées, en renouvelant toutes les 2h.

Privilégier l’ombre et éviter de s’exposer aux heures fortes

Si vous travaillez dehors, c’est sûr qu’il n’est pas toujours évident de respecter cette précaution. Dans ce cas, référez-vous au conseil précédent.

Par contre, si vous voulez bronzer, jardiner, vous promener ou profiter de la plage, évitez de rester en plein soleil entre 14h et 16h. Équipez-vous d’un parasol ou attendez 16h pour arroser vos rosiers. Pour les promenades, optez pour des lieux ombragés comme la forêt, par exemple, et profitez-en pour cueillir des amanites, des bolets, des cèpes ou des girolles.

Par ailleurs, ne vous laissez pas amadouer par un temps nuageux. Les rayons UV passent très bien à travers les nuages et comportent le même risque que par temps parfaitement dégagé.

Le cancer de la peau touchant de plus en plus de personnes chaque année, il est impératif de surveiller les signes avant-coureurs qui permettent d’effectuer un dépistage précoce du cancer de la peau

Bien se protéger du soleil est essentiel

Éviter les cabines de bronzage

Nous l’avons vu précédemment, les cabines de bronzage ont des répercussions pires que le soleil lui-même. Pour commencer, elles n’ont aucun effet bénéfique prouvé. Certains évoquent leurs bienfaits sur le moral… Certes, se détendre dans une douce chaleur doit donner l’impression d’être reposée en sortant du centre. Mais dans ce cas, autant opter pour un soin du corps en institut ou un massage : c’est moins cher, moins dangereux et véritablement relaxant !

Par ailleurs, comme votre teint se hâle, vous pensez pouvoir vous exposer au soleil sans protection. Pas du tout ! Les cabines ne diffusent que des UVA, alors que les véritables rayons UV se composent d’UVA et d’UVB. Or, cette deuxième catégorie a pour effet d’épaissir la peau et donc de la rendre plus forte contre les coups de soleil.

Avec un bronzage artificiel, votre épiderme restera fin et incapable de lutter contre les UVB, même s’il est bronzé.

 Se méfier de l’effet photosensibilisant des médicaments

Certains médicaments ont une action photosensibilisante, c’est-à-dire qu’ils augmentent la sensibilité de la peau aux rayons ultraviolets. Les antibiotiques, les anti-inflammatoires non stéroïdiens et quelques psychotropes appartiennent à cette classe de médicaments.

Différents produits liés à la phytothérapie et certaines huiles essentielles agissent aussi comme un photosensibilisant. Cela concerne surtout ceux à base de plantes contenant des furocoumarines telles que le céleri, le persil, le fenouil, l’anis, la coriandre, la bergamote, le citron ou la figue.

Qu’il s’agisse des médicaments ou des produits naturels, l’effet photosensibilisant varie en fonction de la dose prise. Alors, méfiez-vous si vous suivez un traitement de ce type et n’hésitez jamais à demander conseil à votre médecin traitant.

 

Le cancer de la peau touchant de plus en plus de personnes chaque année, il est impératif de surveiller les signes avant-coureurs qui permettent d’effectuer un dépistage précoce du cancer de la peau. Il est très fortement conseillé de s’exposer avec modération au soleil et, si ce n’est pas possible, de se protéger au maximum.

 

Merci de partager cet article sur Facebook et sur vos autres réseaux sociaux !

Bon été à tous ! 🙂

Abonnez-vous et recevez nos actus avant tout le monde


Vos coordonnées restent confidentielles
Temps de lecture: 8 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *